Retour à l'accueil

Movin’On

Nicolas Beaumont, Directeur Développement et Mobilité Durables
Morceaux choisis


Depuis ses origines, le groupe Michelin fait avancer la mobilité durable, meilleure pour l’environnement, plus sûre, plus efficace et plus accessible. En voici quelques points de repères des 30 dernières années menant au sommet Movin’On.

  • Année 1991, Michelin achève de développer sa première génération de pneu basse résistance au roulement, le « pneu vert » qui permet d’économiser du carburant. Ce pneu est le résultat d’une découverte technologique majeure : l’interaction du caoutchouc avec la silice. Mais il ne correspond pas à une attente des clients ou à un besoin du marché. Il a donc fallu que Michelin s’ouvre à l’extérieur, trouve des clients intéressés par le produit. C’est le début des coopérations scientifiques avec Rhône-Poulenc pour améliorer la silice et de la création d’un écosystème.

  • Année 1998, à Paris, pour le centenaire de la marque, Michelin décide de rassembler des personnes intéressées par la mobilité innovante et durable. C’est le premier Michelin Challenge Bibendum. Sont réunis pour réfléchir toutes les parties prenantes : des citoyens, des gouvernements, des villes, des entreprises, des ONG ... C’est le tout début du digital, et la vision de la mobilité du futur, très différente de ce qu’elle est aujourd’hui. Quel serait l’impact qu’aurait le digital et la mobilité partagée ?

  • Année 2014 : Le Michelin Challenge Bibendum a eu lieu à Chengdu en Chine. Le monde est devenu beaucoup plus interconnecté grâce au digital et à Internet, entre autres. Il est apparu clairement qu’on ne pouvait plus se contenter d’un événement qui aurait lieu tous les deux ou trois ans, ni garder le nom de « Michelin Challenge Bidendum » qui exprimait vraiment un événement Michelin pour Michelin.

  • La décision est alors prise de créer l’Open Lab. C’est une réunion d’entreprises qui réfléchissent ensemble toute l’année à des sujets de mobilité durable et dont le point d’orgue est un événement, le sommet Movin’On dont la deuxième édition a lieu en mai dernier à Montréal.

Dans le nom « Movin’On », Michelin n’apparaît plus de manière centrale. Ce n’est plus un événement Michelin, il en est le facilitateur et se positionne en tiers de confiance du monde du transport.

5 000 personnes de plus de 60 nationalités se sont réunies cette année, représentant des citoyens, des gouvernements, des villes, des entreprises, des start-ups, des ONG, des universités, représentant plus de 5 000 heures de travail en commun, d’échanges, de co-construction, d’innovation pour faire avancer les grandes questions de la mobilité durable. Les sujets traités regroupent l’ensemble des parties prenantes, en allant des ambitions aux solutions.


Pourquoi le groupe Michelin s’investit-il dans ce sommet ?

La raison d’être de Michelin est « une meilleure façon d’avancer ».

Michelin développe ses produits et services de demain pour cette mobilité durable qu’il a besoin d’appréhender. Le faire en écosystème permet à la fois de se nourrir des autres, mais aussi de nourrir les autres avec ce que réalise le Groupe Michelin pour une meilleure mobilité durable.

Ainsi, dans le cadre du sommet Movin’On, avec tous nos partenaires, nous travaillons ensemble pour faire de la mobilité de demain une meilleure mobilité innovante et durable. Et tout cela facilité par Michelin, qui en est le tiers de confiance.