La lettre digitale des actionnaires de Michelin - Horizons - Juin 2017

#15 – Juin 2017 – Édition spéciale AG

Retour à l'accueil

Michelin en Amérique du Sud

Nour Bouhassoun, Directeur de la zone géographique Amérique du Sud de Michelin, présente Michelin en Amérique du Sud. Il a été interrogé par Georges Clavier, Journaliste. 4 questions clés vous permettront de mieux comprendre l’activité de Michelin sur ce continent.

Georges Clavier : Quelle est l’histoire de l'empreinte du Groupe Michelin ?

Nour Bouhassoun : La première présence commerciale détectée remonte à l’Argentine en 1913 et au Brésil en 1927. Rappelons qu’une usine a été bâtie en 1928 en Argentine qui a fermé en 1954. En revanche, la présence industrielle de l'ère moderne a commencé en 1981 avec la première usine poids lourd radial au Brésil, dans l'État de Rio de Janeiro. Viennent ensuite une usine tourisme en 1999, une usine génie civil en 2008. Nous réalisons l'acquisition du télématicien Sascar en 2014 ; démarrons la production de pneus agricoles en juin 2016 et, enfin, en décembre 2016, nous achetons la société de pneus 2-roues, Levorin.

GC : Et en chiffres clés ?

NB : Aujourd'hui cela représente 8 300 employés, 5 500 travaillant pour des sociétés avec le nom Michelin, 800 employés chez Sascar qui est une société détenue à 100 % par le groupe Michelin et 2 000 personnes chez Levorin, qui appartient également à 100 % à Michelin. Nous avons quatre sites industriels, avec neuf activités : poids lourd, tourisme camionnette, génie civil, agricole, moto, vélo, mélanges, câbles et produits pour le rechapage. Nous avons aussi sept agences commerciales, des sociétés purement commerciales qui achètent les produits à ces usines et qui les vendent dans les différents pays de la région. Et 70 ateliers de rechapage, qui sont opérés en franchise par des revendeurs Michelin.

Amérique du Sud

GC : Cela veut dire qu'il y a des opportunités à saisir. C'est cela le cœur du sujet ?

NB : En tourisme camionnette, je pense que le marché est très prometteur. Aujourd'hui, le taux d'équipement voiture des particuliers y est de 130 voitures à peu près pour 1 000 habitants et de 900 aux États-Unis. En Amérique du Sud, tout le monde rêve d'avoir une voiture. C'est un marché très porteur pour nous. Nos actions, nos partenariats avec les constructeurs de véhicules sont très forts et commencent à porter leurs fruits aujourd'hui. La qualité des offres produits-services Michelin aujourd'hui est inégalée sur le continent.

GC : « Praia para todos » ? Cela signifie ?

NB : Cela veut dire « la plage pour tous ». Les « carioca », habitants de Rio de Janeiro, ne peuvent vivre sans leurs plages. Quand ils ne peuvent plus se déplacer, ne sont plus autonomes, une ONG que nous soutenons depuis 2008 les conduit à la mer. Ce qui représente aujourd’hui 5 000 personnes depuis le lancement de ce programme. Notre personnel participe en tant que bénévole à cette initiative.